vendredi 31 octobre 2008

Pourquoi utiliser Ruby ?

Note préliminaire :

Il y a quelques temps, j'avais rédigé cette présentation à la demande de gars du Site du Zéro, dans le but de faire un topic de comparaison objective (Mama mia !) du Ruby et du Python. Ne connaissant que très peu le Python, je me suis chargé de la partie Ruby. Initialement rédigée en zCode, la première version de celle-ci est disponible à l'adresse suivante (à toute fin utile) : version zCode. (Merci par avance de me prévenir si vous détectez un problème dans cet article : lien mort, texte "bizarre" ou autre).

-~=.=~-

Pourquoi Ruby ?

Ruby

Ruby est un langage de programmation libre, interprété, à typage dynamique fort et orienté objet. L'écriture de ce langage d'origine japonaise a débuté en 1993 et est dirigée par différents principes :
En Ruby, toute donnée est un objet, et toute fonction est une méthode (une méthode étant elle même un objet...) : il n'existe pas de type primitif comme dans certains autres langages.

irb(main):001:0> 1.class
=> Fixnum
irb(main):002:0> Fixnum.class
=> Class
irb(main):003:0> Class.class
=> Class


Ruby est dynamique et flexible : possibilité de modifier le code à l'exécution, et/ou de redéfinir son implémentation de base.

# Exemple de modification du code natif # en cours d'execution

a = 1

puts a.class
#=>Fixnum

# to_s : methode native de conversion en String
puts a.to_s
#=>"1"

# Modification de to_s
class Fixnum
def to_s
"Huhuhu !"
end
end

puts a.to_s
#=>"Huhuhu !"


Le principe de moindre surprise veut que le développeur (expérimenté, ou venant d'un autre langage) soit le moins surpris/dépaysé/perturbé possible par la syntaxe ou les mots clés de Ruby.

"Convention plutôt que configuration." Ruby favorise ce concept, très repris dans certaines applications du langage, dont Rails.

Ruby est à comparer à d'autres langages dynamiques interprétés, dont : Python, Groovy, PHP, Io, Perl et Scheme, entre autres.

Pourquoi Ruby ?

Quelques avantages :



  • Entièrement objet, mais autorise le procédural, et dans une certaine mesure inspiré du fonctionnel. Le développeur est donc libre. De même il y a "Plusieurs façons de faire la même chose". Cela ne veut pas dire pour autant que toutes se vaillent.

  • Le core et l'API standard fournissent tout le nécessaire pour débuter (et continuer !) : threads, benchmark, gestion d'exceptions, parseurs...

  • Grandes possibilités de métaprogrammation.

  • Différentes implémentations du langage sont disponibles : MRI pour la principale en C, mais aussi JRuby (en Java, pour la JVM), IronRuby (pour la plate-forme .Net), Rubinius (en Ruby) et dernièrement MagLev, et quelques autres.

  • La prise en main est généralement rapide pour quelqu'un ayant déjà de premières bases en programmation et en POO.

  • Contrairement à ce qu'on peut souvent entendre, la documentation du coeur et des librairies standards est bonne et claire. Les ouvrages traitant du langage sont également assez nombreux, et parfois de très bonne qualité. Notamment : Why's (Poignant) Guide to Ruby, le Pickaxe, Ruby par l'Exemple, Design Patterns in Ruby...

  • Outils associés : TextMate (pour MacOS), Aptana RadRails (pour Eclipse ?), RDoc (génération automatique de documentation), RubyGems (gestionnaire de packages, appelés "gem" en Ruby), etc...

  • Communauté importante et active : RubyForge.

  • De nombreuses gems, portages et librairies de qualité pour le web (Rails, Merb, Ramaze, Camping...), pour la GUI (GTK, WxWidgets, FOX, Shoes, tk...), pour les sciences (BioRuby, LaPack...)...




  • Et quelques (malheureux) défauts :



    • D'abord, les performances en terme de vitesse d'exécution sont assez mauvaises pour un langage de ce type. A relativiser cependant : les performances sont rarement critiques pour un langage de ce type d'une part, et d'autre part, les améliorations sont régulières sur chacune des implémentations du langage (avec une certaine compétition qui favorise les progrès).

    • Manque de sécurité sur certains points : peu de warnings, constantes pas constantes... Ceci est principalement dû à la grande liberté du codeur.

    • Métaprogrammation riche, mais incomplète (à comparer à Io pour l'introspection/réflexion notamment).
    • Communauté très (trop ?) orientée Rails et web. Très anglophone également.

    • Gestion perfectible des blocks.

    • Certaines parties des librairies standards contestables (Math et Matrix entre autres).

    • Langage "non-pur" : à comparer à Io, Smalltalk ou Scheme (encore que le Scheme ne soit peut-être pas "purement" fonctionnel...). Ici encore, c'est surtout une conséquence de la liberté du programmeur. Et en conséquence, la relative facilité pour commencer à coder en Ruby peut donner de mauvaises habitudes aux débutants (ou l'impression d'avoir rapidement fait le tour...) ; on le constate régulièrement dans des codes pour Rails ou RPG Maker XP.



    • Ah ! Et dernier avantage du langage : son créateur est aussi un grand comique ^^




3 commentaires:

Ahora Que Hice a dit…

Les félicitations. une explication claire et complète, merci.

Sobe a dit…

Gracias Mario.

Par curiosité, j'aimerai savoir si tu utilises le widget google de traduction (et si oui, est-il efficace ?) ou si tu es simplement francophone.

En tout cas, merci pour tes encouragements.

Ahora Que Hice a dit…

Je n'ai pas utilisé le widget. Je peux lire le français un peu.